La masso-kinésithérapie est la thérapie de la gestuelle humaine (kinêsis signifie le « mouvement » en grec). Elle utilise le mouvement ou, au contraire corrige et réduit le mouvement, par différentes techniques ou par la pose d'une contention, afin de rendre au corps une fonction qui s'est altérée, par exemple afin de retrouver l'usage d'une main après une chirurgie réparatrice, ou du moins lui apprendre à s'adapter à son nouvel état (apprendre à un patient amputé à marcher avec une prothèse).
La kinésithérapie signifie traitement par le mouvement. Elle agit au niveau musculaire et articulaire. Les techniques sont utilisées dans le but de la rééducation du mouvement et ainsi que de la posture de la personne.

Sonotherapeute en Bretagne

L’éducation pour la santé est un ensemble d’actions d’information, d’éducation et de communication.
La fonction d’éducation pour la santé peut s’exercer dans plusieurs contextes (domicile, hôpital, milieu scolaire, milieu du travail…), par des acteurs appartenant à diverses spécialités (médecins, infirmiers, kinés, travailleurs sociaux, enseignants…) ou par des citoyens (groupes de femmes, de jeunes) et s’intéresse à une multitude de problèmes de santé et de facteurs de risque pour la santé.


L’éducation pour la santé est le préalable nécessaire à toute activité de promotion et de prévention de la santé.


OBJECTIF

Mettre à portée de tous l’information nécessaire à des choix adaptés à la santé présente et future.
Modification des comportements
Connaissance du dépistage systématique (VIH, cancer du sein…)
Repérage d’éventuels symptômes avant-coureurs permettant un diagnostic précoce (douleurs d’angor…)

POPULATIONS CIBLES

        1 . Education de masse

Il s’agit davantage d’une sensibilisation qu’une information précise. Elle vise toutes les catégories de population et utilise les moyens de diffusion les plus larges, écrits ou audiovisuels.

2 . Education de groupe

Selon l’âge : importance de l’éducation sanitaire de l’enfant
Selon le sexe : chez les femmes (grossesse et risques de cancers génitaux) et chez les hommes (maladies cardiovasculaires)
Selon la profession : orientation de l’éducation sanitaire vers la maladie professionnelle ou le risque d' accidents
Selon le milieu culturel : personnes immigrées

3 . Education individuelle

Elle a le plus de chance d’être parfaitement adaptée mais elle est plus difficile à mettre en œuvre (à l’occasion d’un examen de santé, d’un acte médical ou de l’achat d’un médicament).


THEMES ABORDES

1 . Thèmes généraux
Ils concernent essentiellement le mode de vie et les comportements : alcool, tabac, drogue, déséquilibre alimentaire, stress, etc…

2 . Thèmes spécifiques
Ils relèvent de domaines plus limités : contraception, sida, vaccinations, cancers, HTA, risques professionnels. Ils sont souvent d’accès plus difficile et exigent une analyse critique préalable à toute diffusion de message collectif. Il existe un risque d’engendrer une angoisse collective qui peut conduire à des positions individuelles et sociales excessives.


MOYENS

1 . Techniques

Message écrit : document, brochure, tract, affiche, article, livre.
Message parlé : émission radio, téléphone.
Message audiovisuel : télévision, film .
Message télématique : informatif, Minitel

2 . Humains
 
Ils sont indispensables, car la relation humaine reste le fondement de l’éducation.
Professionnels de santé : en sont le pivot (médecins, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, kinés, orthophonistes, orthoptistes sont tous des maillons essentiels de l’éducation sanitaire)
Educateurs-relais : sont indispensables à la plus large diffusion des messages (enseignants, journalistes, responsables de groupes sociaux, culturels, sportifs)

3. Institutionnels

Ils sont indispensables aux choix et à la mise en place d’actions éducatives de Santé Publique et à la coordination ou au financement de celles-ci.

Comités d’éducation pour la santé : mise en place d’actions adaptées aux populations et formation continue des éducateurs sanitaires.
Organismes de protection sociale
Autres organismes : Croix Rouge, Rotary Club, Lions Club, comités d’entreprise, collectivités locales.


REALISATION D’UNE ACTION D’EDUCATION POUR LA SANTE

L’action de santé est définie comme toute action qui participe à la prévention, l’information et l’éducation pour la santé dans le but de promouvoir l’état de santé d’une population.
La démarche de planification d’une intervention se fait en cinq étapes.

1° étape = Identification d’un problème de santé (étude des besoins)
Problème de santé : c’est une maladie, un ou plusieurs facteurs nuisibles à la santé, la réaction de la société à tel ou tel problème ou l’inadéquation de structures face à des besoins ou à des comportements nouveaux.
Cette première étape est essentiellement documentaire ; c’est une recherche active d’informations pertinentes, l’analyse d’une situation et la découverte d’une population.
 On réunit des données médicales, sociales, démographiques, économiques : besoins latents.
On rencontre les gens de terrain : besoins ressentis par les gens.
L’éducateur de santé a pour tâche d’amener les gens à exprimer leurs besoins, donc à transformer les besoins latents en besoins ressentis puis en besoins exprimés.
L’éducateur de santé a recours à une enquête par le  biais d’un questionnaire et à l’animation de groupe.
Cette étape conduit à :
identifier les caractéristiques de la population et de son environnement
repérer les facteurs qui influencent la santé
définir une action adaptée à la réalité locale
coordonner une initiative avec les autres activités de santé existantes
Cette étape amène à choisir et à définir des objectifs avec et en fonction :
de la population concernée
des partenaires rencontrés
des obstacles et ressources identifiés


2° étape = Choix des priorités

Lorsque l’étude des besoins est terminée, plusieurs programmes d’action de santé sont envisageables et il est nécessaire de faire un choix. Ce dernier dépend essentiellement de 4 critères :
l’importance du problème de santé dans la communauté :
son ampleur (mortalité, morbidité)
sa gravité (létalité, handicap)
type de population concernée

la connaissance des facteurs de risque et des solutions efficaces et adaptées
la capacité à intervenir ou la faisabilité de l’action : elle dépend des moyens humains, financiers et matériels dont on dispose.
l’acceptabilité socio-culturelle : avis du chef d’entreprise et des salariés.
 
3° étape = Fixation des objectifs
Le résultat final de l'action (à préciser) doit avoir les caractéristiques suivantes :
pertinent :  avoir un rapport avec le problème de santé qui fait l'objet de l'action
quantifiable et mesurable : par comparaison entre l'état initial et l'état final. L'importance de cette variation doit être elle-même prévue à l'avance.
La population cible doit être précisée ainsi que le délai d'obtention du résultat prévu.
Objectif général : résultat à atteindre en terme d'état de santé
Exemple : diminuer la mortalité par infarctus du myocarde
Objectif d'action : ce que l'on souhaite réellement entreprendre
Exemple : diminuer le délai de prise en charge
- Objectif opérationnel : la tâche spécifique que l'on se donne pour réaliser concrètement l'action
Exemple : informer le public, former les équipes soignantes
Les objectifs s'expriment, soit en terme d'amélioration de l'état de santé (ex : diminution du % des enfants ayant des caries), soit en terme d'amélioration des connaissances (% des enfants qui savent se brosser les dents après chaque repas), des attitudes (% des enfants qui, lors de mise en situation, font le choix de se brosser les dents après le repas) et des habitudes (% des enfants se brossant les dents réellement 3 fois\jour).

4° étape = Stratégies et réalisation de l’action de santé
C’est le passage de la « connaissance  à la pratique ».Cette étape se met en place en fonction des objectifs fixés, des ressources et des moyens disponibles et des contraintes identifiées.
Ordonner les activités de façon chronologique
Identifier les étapes préalables à chaque activité
Répertorier les activités et en préciser les dates de début et de fin
Spécifier clairement les responsabilités de chacun
Rencontrer les organisations concernées, s’assurer de leur collaboration
Définir les ressources matérielles humaines et financières nécessaires

5° étape = Evaluation de l’action
Elle permet d’estimer la pertinence de l’action au regard des objectifs fixés, de mesurer son efficacité au regard des indicateurs et d’apprécier son déroulement au regard des méthodes et des outils utilisés. On évalue :
- les objectifs
- les méthodes
- les résultats
Il est souhaitable de penser à l’évaluation dès le début de l’action de façon à prévoir le recueil d’informations dès la 1ère étape du projet.
Il est préférable de confier la coordination des activités d’évaluation à une personne extérieure au programme.
Il faut faire connaître les résultats de son évaluation qu’ils soient bons ou mauvais ; c’est utile pour les projets futurs des autres acteurs de santé publique.

Joomla SEF URLs by Artio