La masso-kinésithérapie est la thérapie de la gestuelle humaine (kinêsis signifie le « mouvement » en grec). Elle utilise le mouvement ou, au contraire corrige et réduit le mouvement, par différentes techniques ou par la pose d'une contention, afin de rendre au corps une fonction qui s'est altérée, par exemple afin de retrouver l'usage d'une main après une chirurgie réparatrice, ou du moins lui apprendre à s'adapter à son nouvel état (apprendre à un patient amputé à marcher avec une prothèse).
La kinésithérapie signifie traitement par le mouvement. Elle agit au niveau musculaire et articulaire. Les techniques sont utilisées dans le but de la rééducation du mouvement et ainsi que de la posture de la personne.

Sonotherapeute en Bretagne

Massage ne vient pas de main mais d’un mot arabe qui signifie « manier doucement ». Nous pouvons donc masser concrètement avec autre chose que la main (coude, poignet, pied).


C. Historique :
Cette technique se trouve dans tous les ouvrages anciens, (mésopotamiens, égyptiens, chinois, indiens, latins). Pendant un moment, il y a eu un déclin ; aujourd’hui, paradoxalement, il existe une floraison de techniques.

TISSOTet LING ont eu une importance fondamentale dans le massage. DOLTO a beaucoup écrit sur la chirothérapie. René MORICE au également eu une importance fondamentale  et bien-sûr le dernier à s’être intéressé au massage académique est DUFOUR.
II. Les notions de physique :

Un mouvement qui se déplace parallèlement à un plan est appelé mouvement tangentiel.

Un mouvement qui se déplace dans le sens perpendiculaire à un plan est appelé mouvement normal.

Nous distinguons également des mouvements horaire et anti-horaire. Nous faisons également appel à des notions biologiques, biochimiques. Il faut donc avoir une connaissance minimum de la peau et des annexes, de l’os, le système des fluides, c’est-à-dire la circulation sanguine, le système artériel (aller) et le système veineux et lymphatique (retour) et le système nerveux.


III. Les principes généraux :

Les locaux doivent être calmes, aérés, confortables (critères physiques). Le premier critère physique est la température de la pièce entre 20 et 24 degrés Celsius. L’hygrométrie est aussi importante. La chaleur humide est plus importante à supporter. L’hygrométrie doit être de 60 à 70 %. Pour ce qui est du masseur, il a une blouse et respecte un certain nombre de règles d’hygiène (mains et avant-bras lavés, dégagés des manches, ongles courts, bijoux retirés. Au niveau du patient, celui-ci repose en général sur une table étroite, ferme et à hauteur du grand trochanter. La table se règle en fonction de la grandeur du soignant, de la technique employée. Le malade doit être dénudé, installé confortablement grâce à des coussins afin de ressentir une impression de détente. Il faut obtenir des positions de relâchements articulaire et musculaire, une délordose lombaire et cervicale.
L’attitude générale du masseur est d’être en diagonale par rapport au patient. Regardant vers l’épaule ou la hanche opposée. La position des membres inférieurs est en fente, légèrement fléchie. Le tronc est en flexion entre 0 et 45 degrés.

1. L’installation du patient :
Il est en décubitus ; il existe des décubitus latéraux, un décubitus ventral. Il existe les décubitus latéral droit  et latéral gauche.
En décubius dorsal, nous mettons un coussin sous la nuque et un coussin sous le creux poplité.

a) Positions annexes de membres supérieurs : il en existe trois :
Rotation indifférente reposant sur un coussin.
Position en ahandelier ou rotation externe.
Position en rotation interne.

b) Positions dérivées.
Décubitus : Veiller à respecter les courbures (voussure et ensellure).
Le procubitus : le coussin abdominale est posé axialement par rapport à l’épine iliaque antéro supérieure. Sans coussin, nous avons une hyper extension des genoux.Cela implique :
Entrave du retour veineux.
Tension dans les ischio-jambiers.
Installation d’une chaîne de tensions.

Nous mettons donc un coussin au niveau de la face dorsale des jambes.

Décubitus latéral : nous le définissons par le côté posé sur la table. Au niveau des membres inférieurs, nous mettons un large coussin posé sur la face médiale du membre supra latéral préalablement fléchi et donc en avant du membre infra latéral. Nous mettons également un coussin sous la face latérale de la tête.

Positon annexes de bras : en flexion à 45 degrés, abduction, adduction et rotations indifférentes.

2. Les manœuvres :
Il y a six manœuvres de base :
3 sont synergiques
3 sont asynergiques

a) Les manœuvres synergiques :
Les mains se déplacent dans le même sens. L’effet sera dans le même sens. Ceci a un rôle de déprogrammation.
b) Les manœuvres asynergiques :
Les mains se déplacent dans des sens opposés, soit parallèlement, soit perpendiculairement.

Educatif
Synergique
Asynergique
Contact manuel
Effleurages
Pétrissages
Attitude générale
Pressions
Percussions
Niveau d’adhésion
Frictions
Vibrations

c) Cadre théorique des manœuvres :

Définition
Description de la manœuvre fondamentale

Modalités
Application
Spatiales
Temporelles

Effets :
Mécaniques
Physiologiques :
Circulatoire, nerveux (relation et végétatif), cardiaque, respiratoire, immunitaire

Joomla SEF URLs by Artio